VOTRE ÉTABLISSEMENT MET-IL EN AVANT LE PAIN COMPLET ?

brood bakken

‘Le pain, une bonne histoire’ : la nouvelle campagne d’image soutenue par l’Union européenne bat son plein. Les céréales complètes y occupent une place centrale et seront mises sur le devant de la scène lors de la Semaine du pain complet, du 26 février au 5 mars 2023. Les initiateurs de cette campagne ont également organisé une séance d’information interactive sur le pain complet à la fin du mois d’octobre.

Anke Raeijmaekers, de la boulangerie Adams : “Visuellement, les consomma- teurs ne font guère de distinction entre le pain complet et les autres types de pain. En le positionnant à l’avant, il est mieux mis en valeur.”

Les céréales complètes sont bénéfiques pour la santé. Elles rédui- sent le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et de cancer du côlon. Contrairement au pain blanc et à de nombreux autres types de pain, le pain complet incorpore la totalité du grain : son, germe et albumen. Le corps absorbe ainsi tous les nutriments sains que les céréales ont à offrir. C’est notamment sa haute teneur en fibres qui rend le pain complet si bon pour la santé.

La différence méconnue entre le pain complet et le pain brun

De nombreux consommateurs semblent ignorer quelle est la dif- férence entre un pain complet et un pain brun. “En 2022, le pain n’est pas toujours considéré comme un produit sain. Parce qu’avec la farine complète, nous disposons d’un solide atout pour à la fois stimuler les ventes de pain et améliorer la santé des Belges, nous avons eu envie d’aller plus loin en organisant cette campagne et cette séance d’information”, expliquent les organisateurs.

Selon Kris Smet, du cabinet d’études B2sense, l’idée que les céréales complètes aient des effets bénéfiques n’est pas encore tout à fait répandue. Il a mené plusieurs études sur les tendances et les oppor- tunités dans le secteur de la boulangerie. “Les Belges ne considè- rent pas les pains complets comme une catégorie à part entière, les incluant plutôt dans le grand groupe des pains gris, bruns et mul- ticéréales. Mais quiconque opte pour des pains de cette catégorie a de toute façon le sentiment de prendre la décision la plus saine.”

L’influenceuse Ellen Van Gool : “Pour beaucoup de gens, un pain sain est tout simplement un pain qui ne fait pas grossir.”

Le rôle des influenceurs

Pour diffuser les bienfaits des céréales complètes auprès du plus grand nombre, les influenceurs ont certainement un rôle à jouer : ces personnes très présentes sur les réseaux sociaux ont en effet un public qui les écoute. Ellen Van Gool est de ceux-ci. Elle rassemble des recettes savoureuses, saines et faciles à réaliser sur son blog et son compte Instagram @kokerellen. “J’ai récemment fait un sonda- ge sur mes canaux pour savoir quel était le choix le plus sain selon les gens, avec comme seules options le pain multicéréales et le pain complet”, raconte l’influenceuse. “Un tiers de mes followers ont répondu le pain multicéréales. C’est assez étonnant, étant donné que mon public est adepte d’une alimentation saine. Tout aussi frappant : à la question ‘Quel pain achetez-vous le plus souvent ?’, la liste des réponses est longue.” Les gens n’y voient donc plus très clair et ont du mal à distinguer le pain complet parmi les alterna- tives proposées. Plus un pain est foncé, plus il est sain : telle semble être la devise. En outre, les consommateurs se demandent parfois si ce qui est vendu comme un pain complet l’est réellement. “En cas de doute, je choisis tout simplement ce que je préfère”, conclut souvent le consommateur.

Kris Smet, du cabinet d’études B2sense : “Les Belges ne considèrent pas les pains complets comme une catégorie à part entière.”

Un an de pain complet gratuit

La boulangerie Adams se trouve à Baerle-Duc, à la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas. La cogérante Anke Raeijmaekers sait donc mieux que quiconque détecter les différences de préférence avec nos voisins du nord. “Les Néerlandais achètent plus de pain complet que les Belges. Parfois, les clients nous demandent quel est le pain le plus sain. Nous mettons alors en avant les caracté- ristiques bénéfiques du pain complet. Quand un client veut du pain brun, nous lui suggérons parfois la variante complète. Nous en soulignons également les avantages sur notre blog et dans nos newsletters.”

La boulangerie Adams a mis au point une action permettant de gagner un an de pain complet gratuit à l’achat de pain complet. De telles campagnes ne ratent pas leurs cibles. “Il ne faut pas oublier l’importance du placement du pain sur les étalages. Visuellement, les consommateurs ne font pas ou peu de différence entre le pain complet et les autres types de pain. En le positionnant à l’avant, il est mieux mis en valeur.”

Le rôle du personnel de vente

“Un logo puissant permet d’offrir une plus grande visibilité. Je crois aussi fermement aux actions ludi- ques, comme les ‘cacas souriants’ que des boulangers ont produits à l’occasion du mois international de sensibilisation au cancer du côlon. »

Le docteur Luc Colemont, de l’ASBL Stop Cancer Côlon, souligne l’importance du marketing. “Un logo puissant permet d’offrir une plus grande visibilité. Je crois aussi fermement aux actions ludi- ques, comme les ‘cacas souriants’ que des boulangers ont produits à l’occasion du mois international de sensibilisation au cancer du côlon. En outre, je pense qu’il est important d’être présent partout : dans la presse écrite, à la télévision ainsi que sur les réseaux so- ciaux. De TikTok à Facebook en passant par Instagram, chaque canal permet de s’adresser à des publics différents.”

L’influenceuse Ellen Van Gool est d’accord. “Les jeunes cherchent de plus en plus à avoir une alimentation saine. Seulement, il leur manque les connaissances nécessaires. En fait, pour de nombreu- ses personnes, un pain sain est tout simplement un pain qui ne fait pas grossir. Une bonne technique de sensibilisation consiste, par exemple, à publier un article de blog intitulé ‘Voici les cinq avanta- ges du pain complet’.”

Miser sur la connaissance

Anke Raeijmaekers considère qu’il est primordial de transmettre les connaissances nécessaires à ses collaborateurs. “Idéalement, tous les commerçants devraient savoir en quoi consiste le pain complet. J’ai récemment posé la question aux étudiants que j’emploie et j’ai constaté qu’ils n’avaient pas suffisamment con- science des différences entre les pains.” Le docteur Luc Colemont s’engage également dans l’éducation des artisans par le biais de webinaires, de présentations et d’une collaboration avec les organisations de boulangers.