Mont-sur-Marchienne: vent de panique avenue Pastur

Effrayés par le projet de BHNS, le réaménagement de l’avenue Paul Pastur et la réduction des places de parking, plusieurs commerçants ont déjà décidé de déménager. Ils cherchent activement des commerces mieux situés, avec des possibilités de stationnement à proximité.
références afin de quitter le quartier. Certains sont de véritables références pour le quartier. Leur départ inquiète ceux qui restent.

Depuis quelques semaines, Gian-Franco Inchiostro recueille les mails de ses clients pour leur communiquer sa nouvelle adresse.

Le boulanger veut partir

Une autre locomotive veut quitter le quartier : la boulangerie Au pain d’autrefois. « La meilleure boulangerie de la région ! Elle draine une énorme clientèle dans un rayon de 20 km. On vient de Lobbes, de Thuin, de Beaumont pour acheter leurs pains. Si le boulanger s’en va, Mont-sur-Marchienne perdra énormément de son aura. Les clients de la boulangerie viennent aussi chez moi et dans les autres commerces du quartier », s’inquiète Gian-Franco Inchiostro.

« On va perdre une bonne partie de notre clientèle »

Martine Vostier, la boulangère, confirme son intention de quitter l’avenue Pastur. « Si on supprime les places de parking devant le Musée de la photographie, en face de notre magasin, et la plupart des stationnements place Desaise, on va perdre une bonne partie de notre clientèle. Les clients qui viennent de Thuin ne vont pas garer leur voiture à Bomerée et prendre le bus pour venir acheter leur pain. Nos clients venaient chercher leur pain, puis allaient à la fromagerie, à la librairie, au petit Louis Delhaize. Plutôt que d’installer des jardinières qui finiront remplies de mégots, la Ville ferait mieux de refaire les trottoirs, de faire de jolies places avec des bancs, mais surtout avec des emplacements de parking. C’est indispensable pour les commerces de proximité », explique Martine Vostier. La boulangerie emploie actuellement 10 personnes. « Nos deux fils travaillent dans l’entreprise. Nous sommes installés dans le quartier depuis 11 ou 12 ans. Notre chiffre d’affaires est en hausse constante. On vient de réaménager le magasin. Mais, maintenant, on cherche un nouvel emplacement ailleurs. », dit Mme Vostier.

Lisez plus

Source; Sudinfo