Daniel et Sonia se retirent après 44 années de travail passionné

En 1977, Sonia, étudiante dans le social et Daniel, apprenti en boulangerie apprennent que la boulangerie Robert Brabant située non loin de la gare de Soignies est à vendre. Tous deux pas encore mariés pensent que c’est une opportunité à saisir. Toutefois, ni l’un, ni l’autre n’a atteint l’âge de vingt ans. « Lorsque j’ai demandé à mes parents pour me marier afin de reprendre la boulangerie, ma maman a sursauté. Au final, mes parents ont discuté et accepté. Nous avons donc dû nous émanciper et nous marier pour nous lancer dans l’aventure », raconte Sonia.

Une aventure qui aura duré 44 ans. D’ailleurs, la Sonégienne d’adoption, devenue également conseillère communale dans la Cité Saint-Vincent, ne regrette rien et ce même si, à la base, elle souhaitait devenir assistante sociale. « Nous étions deux passionnés. J’étais tellement heureuse de me lancer avec mon mari boulanger dont j’étais si amoureuse. Et puis j’aime le contact avec les gens. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai eu la chance d’en avoir énormément »

« L’écoute des deux côtés »

Au cours de toutes ces années, le mot d’ordre de Sonia et de son mari aura été l’écoute. « Cela allait dans les deux sens. Nos clients étaient aussi là dans les bons, comme dans les mauvais moments. Avec la confiance, je leur confiais beaucoup de choses. Tout comme nous étions à l’écoute de leurs problèmes s’ils en parlaient et de leurs souhaits par rapport au magasin. Nous avons, par exemple, commencé avec un peu de pâtisseries : quelques éclairs, quelques tartes basiques au riz, au sucre, aux cerises. Au fil du temps, nous avons étoffé notre gamme en répondant à l’attente des clients »

Et puis, il y avait les moments d’affluence et de boulot plus intense encore qu’à l’accoutumée. Le préféré de Sonia ? C’était sans aucun doute la Noël. « On avait un boulot de fou. Il arrivait à Daniel de ne pas dormir durant cinquante heures. Mais on travaillait en famille, dans une excellente ambiance. On avait notamment de l’aide de notre fils qui est prof, de notre belle-fille… On s’y mettait tous ensemble. C’était magique. »

Cette formidable aventure, ces amoureux passionnés la clôtureront, en outre, un jour qui leur correspond à merveille : celui de la Saint-Valentin ! C’est Olivier Vanden Bergh de « Désirs Gourmands » à Braine-le-Comte qui reprendra leur commerce… « Faites-lui confiance comme nous lui faisons », demandent Sonia et Daniel à leurs clients.

Source: Sudinfo

Lisez plus

facebook: Boulangerie Daniel