La boulangerie Vienne s’agrandit à Gaurain-Ramecroix

Au plus tôt le 1er décembre, la boulangerie-pâtisserie Vienne ouvrira les portes de son nouveau magasin au 265 de la Grand-Route à Gaurain-Ramecroix. L’enseigne portera le nom de Vienne… baby, mais le bâtiment d’une surface de 1.000 m² a déjà tout d’un grand : un atelier avec trois fours, un équipement électrique mobile, des frigos respectueux de l’environnement, une salle de réception, etc. Mais le patron Éric Anciaux ne renonce pas pour autant à l’aspect familial et artisanal.

Plus familiale, la boulangerie Vienne depuis qu’elle a décidé de s’agrandir à Gaurain-Ramecroix ? Allons donc ! Il suffit d’écouter Éric Anciaux, son fils Jeffrey, sa fille Joy et son épouse Maria-Anna parler de leur projet pour se rendre compte que la passion de la boulangerie habite toute la famille. L’aîné, 27 ans, a renoncé à des études universitaires pour suivre son papa à l’atelier. La cadette, 26 ans, a été jusqu’au bout de ses études en communication politique et lobbying à l’ULB, mais elle a vite compris que son avenir était dans le magasin de la boulangerie. Les deux enfants n’arrêtent pas d’échanger leurs idées pour créer de nouvelles recettes – « une toutes les semaines », précise Joy – comme le nouveau petit gâteau noisette pour Halloween.

Cinq générations de boulangers

Originaire de la Louvière, la famille Anciaux, qui a repris l’enseigne Vienne il y a 22 ans (voir ci-dessous), en est à sa cinquième génération de boulangers.

Et ce n’est pas près de s’arrêter. Ce n’est pas pour rien que la nouvelle enseigne a été baptisée Vienne… baby. Le magasin de la rue Royale ne ferme pas. Seul l’atelier de la rue Sainte-Catherine déménage à la Grand-Rue qui accueille en plus un nouvel espace de vente. « On va toucher une deuxième clientèle », explique Éric Anciaux. « Les deux points de vente seront complémentaires : la rue Royale pour les citadins, Gaurain-Ramecroix pour les navetteurs avec des facilités de parking. L’offre sera complète ». Ce sera également plus facile pour assurer les livraisons.

« L’atelier nous ressemble »

Le projet a mûri pendant sept ans. « La motivation première était la souplesse et la flexibilité », précise Éric qui, avec son fils, a visité de nombreux ateliers pour en tirer le meilleur. « Autrefois on produisait 80 % de pain blanc. Aujourd’hui, c’est fini : c’est 40 %. Dans les pains gris, on est à 7 à 8 sortes. On a 5 types de farine blanche. Il faut pouvoir s’adapter aux clients qui aiment changer. En pâtisserie aussi, il faut avoir une belle gamme, savoir se diversifier et ne pas avoir que des éclairs à proposer même si cela reste un produit phare ». Le patron a travaillé avec Blaise-Antoine Devos, du cabinet d’architecture Aude, qui a traduit sur papier les idées « très précises » de la famille Anciaux, qui n’a pas hésité non plus à demander l’avis de son personnel. « L’atelier nous ressemble, nous disent d’ailleurs nos fournisseurs », se réjouit Éric.

Le caractère familial primordial

Les Anciaux tiennent avant tout à garder le caractère familial. Et pas seulement parce qu’ils sont tous les quatre impliqués. « Cela se retrouve fort dans notre boulangerie », sourit Joy. « Lors de notre dernière fête de fin d’année, par exemple, nous nous sommes retrouvés ici à 34, avec les membres du personnel, jusqu’à 7h du matin. Les collègues de travail sont comme des amis ». La famille va s’agrandir, si on peut dire, puisque la boulangerie Vienne compte engager environ 10 personnes pour le nouveau site.

La famille Anciaux gère la boulangerie de la rue Royale depuis 22 ans, mais a gardé le patronyme de son prédécesseur, Vienne, dont le nom est resté bien connoté à Tournai. « Le nom renvoie aussi aux viennoiseries », fait remarquer le papa Eric. Les deux familles sont restées en très bons termes. M. Vienne est « très fier » de ce qu’est devenue son entreprise après l’avoir confiée à cette famille originaire de la Louvière. «Il nous a dit ‘nous, nous avons été le berceau’ et ‘vous, vous avez fait vivre l’enfant’ », raconte Joy. « Il en avait les larmes aux yeux ». « Vienne baby  » est donc le nouvel enfant dont la naissance est annoncée au plus tôt le 1er décembre. Eric Anciaux et son fils vont préparer l’accouchement en douceur en rodant le nouvel atelier quinze jours auparavant.

Source: Sudinfo

Photos: Facebook